Accueil > Actualités > Un retraité reconstruit un abri cheminot sur une ancienne voie ferrée à (...)

Actualités 30 septembre 2021

Un retraité reconstruit un abri cheminot sur une ancienne voie ferrée à Saint-Savin



Enregistrer au format pdf

Jacques BRIAUD, passionné du patrimoine ferroviaire du XIXe siècle, a construit, à l’identique et sur ses propres deniers, un abri cheminot sur l’ancienne voie ferrée Saint-Benoît - Le Blanc sur la commune de Saint-Savin. Une initiative privée qui permet de mettre en lumière ce patrimoine dans le respect des règles de l’art d’alors.
Cet abri se situe à proximité du magnifique pont ferroviaire qui enjambe la Gartempe et sur la section des 16 km d’ancienne ligne de voie ferrée, de Saint-Germain à Fleix, en passant par le Blanc et au-delà à travers le Parc Régional Naturel de La Brenne. Cette portion s’inscrit dans le cadre de la Véloroute n°94 qui sera mise en service au printemps prochain sur 22 km, d’Argenton- sur-Creuse, dans l’Indre, jusqu’à Echiré au nord de Niort. Elle empruntera, sur 100 km dans le département de la Vienne, des itinéraires à faible trafic via Chauvigny, Poitiers, Lusignan et Saint-Sauvant.

« J’aime bien que les choses soient en ordre et j’ai un peu de mal lorsque je vois des vestiges de l’histoire se dégrader ». C’est ainsi que Jacques Briaud, chef d’entreprise à la retraite spécialisé dans la charpente et la couverture, a refait à l’identique un abri cheminot effondré sur lui-même le long de l’ancienne voie ferrée Saint-Benoît / Le Blanc.
Cet abri, également appelé loge, servait de refuge pour les cheminots. « Ils avaient un certain nombre de kilomètres de voie ferrée à entretenir et tout le long des abris étaient présents pour leur permettre de prendre leur déjeuner ou se mettre à l’abri en cas de mauvais temps.
Deux bancs et une cheminée constituent les seuls aménagements de ce petit réduit. Il y en a ainsi à Saint-Germain, Saint-Savin et Antigny
 », explique Jacques Briaud.

La restauration à l’identique de cet abri s’est faite avec les pierres effondrées sur place. Pas de plans précis pour reconstruire ce bâti mais «  les quartiers d’angles retrouvés sur les lieux ont donné une idée de l’ossature. Je n’avais alors plus qu’à faire l’élévation. Mon beau-frère, Michel Masson, m’a aidé dans ce chantier, terminé il y a deux ans. Difficile de dire combien de temps j’y ai consacré. Souvent, je passais plus de temps à discuter avec les promeneurs, leur expliquer ma démarche, qu’à travailler de la truelle. Mais c’est aussi ce qui est agréable. »

Passionné de vieilles pierres et d’histoires ferroviaires, Jacques Briaud a aussi nettoyé, il y a quatre ans, le pont qui traverse la Gartempe totalement envahi par la végétation. Après avoir également réhabilité d’anciens escaliers en maçonnerie et en avoir réalisé d’autres dans les talus pour sécuriser les passages des randonneurs le long de la voie ferrée, le retraité souhaite, maintenant, refaire l’abri cheminot d’Antigny. Là-encore, il se servira des pierres trouvées sur place. « L’idée est de réutiliser les matériaux à ma disposition sur les lieux. Je réalise, d’ailleurs, moi-même mon mortier avec la terre argilo-sableuse prélevée le long de la voie ferrée. »

Sur la photo : Joëlle PELTIER, Vice-Présidente déléguée du Département de la Vienne en charge du Climat et du Développement Durable et Brigitte ABAUX, Conseillère Départementale déléguée en charge de l’Habitat et du Logement ont accueilli, mercredi 29 septembre, Jacques BRIAUD, qui a présenté sa réhabilitation d’un abri cheminot sur l’ancienne voie ferrée.
Etaient également présents Hugues MAILLET, Maire de Saint-Savin et Marylène NIBAUDEAU, Adjointe au maire.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.