Accueil > Actualités > Culture & loisirs > Soutien de la Région au cinéma et à l’audiovisuel, bilan 2016 et perspectives (...)

Culture & loisirs 9 février 2017

Soutien de la Région au cinéma et à l’audiovisuel, bilan 2016 et perspectives 2017



Enregistrer au format pdf

Avec son territoire élargi et ses innombrables sites attractifs, la Nouvelle-Aquitaine est plus que jamais une terre de cinéma. Avec pas moins de 203 projets cinématographiques soutenus en 2016 pour un investissement total de 5 730 300 €, le Conseil régional poursuit la dynamique impulsée dans les territoires et accompagne la production d’œuvres tournées, fabriquées (pour l’animation) ou produites en région, grâce à un partenariat avec le Centre national du cinéma et de l’image animée. Si 2016 a encore été marquée par la coexistence de 3 fonds, 2017 verra la création d’un fonds de soutien unique pour la Nouvelle-Aquitaine.

Pour mémoire, le fonds de l’ex-Aquitaine a soutenu 67 projets en 2016 pour un montant global de 2 297 000 € (dont 1 092 000 € pour le soutien au cinéma avec 21 projets soutenus : aide à la production des courts et longs-métrages - dont 905 000 € pour le soutien à l’audiovisuel avec 23 projets soutenus : aide à la production pour les documentaires de création, l’animation, les fictions TV... - dont 300 000 € pour le soutien à la création avec 23 projets soutenus : aide à la conception pour les longs-métrages, les documentaires de création, l’animation et les magazines d’intérêt culturel).
Egalement une aide au programme d’entreprise : 200.000 € pour 10 structures aidées en 2016 (Aide sélective pour des sociétés sur la base d’un programme d’activité et d’une ligne éditoriale) ainsi qu’une aide aux nouveaux médias : 70.000 € pour 7 projets aidés en 2016 (Cette aide permet d’aider à la conception de projets dont la diffusion n’est prévue à l’origine ni pour la salle de cinéma, ni pour la télévision mais pour l’ensemble des interfaces connectées à internet (mobiles, tablettes, ordinateurs, etc.)..
Soit un total de 2.567.000 € pour le territoire de l’ex-Aquitaine.
Quelques exemples de projets soutenus : La mort de Louis XIV d’Albert Serra, Après la guerre d’Annarita Zambrano, Diane a les épaules de Fabien Gorgeart, Ava de Léa Mysius, les séries Vestiaires (saison 6) réalisée par Vincent Burgevin, Fabrice Chanut, Franck Lebon et Des jours meilleurs, réalisée par Amir Shadzi ; et des courts-métrages tels que Peau rouge de Maya Haffar, Les osselets d’Elodie Bouedec, Les nouvelles folies françaises de Thomas Blanchard.

Le fonds de l’ex-Limousin a soutenu 33 projets en 2016 pour 1 297 000 €.
932 000 € ont été consacrés au soutien au cinéma avec 20 projets (aide à la production et à l’écriture des courts et longs-métrages) ; 365 000 € pour le soutien à l’audiovisuel avec 13 projets soutenus (aide à la production et à l’écriture pour les documentaires de création, les documentaires, les fictions TV) ; 82.000 € pour 3 structures aidées en 2016 au titre du programme entreprises.
Soit un total de 1 379 000 € pour le territoire de l’ex-Limousin.
Quelques exemples de projets soutenus : Une nuit à travers champ de Guillaume Grelardon, Hors combat de Alexandre Hilaire, Plonger de Juliette de Marcillac, Les gardiennes de Xavier Beauvois, Gaspard va au mariage d’Antony Cordier, Louve de Martin Tronquart, Feu doux de Sophie Bensadoun, la série Un village français, de Jean-Philippe Amar, etc.

En ex-Poitou-Charentes, en 2016, 103 projets ont été soutenus pour un montant global de 1 784 300 €.
870 300 € ont été consacrés au soutien au cinéma avec 45 projets ; 914 000 € pour l’audiovisuel avec 58 projets soutenus.
Soit un total de 1 784 300 €.
Quelques exemples de projets soutenus : Altération de Jérôme Blanquet, Aurore de Blandine Lenoir, La fameuse invasion de la Sicile par les Ours de Lorenzo Mattoti, Le triomphe des images de Jérôme Prieur, les séries HéroCorp et Origines ou encore le webdoc Femmes d’Istanbul de Didier Roten, etc.

Et quelles perspectives en 2017 ?

La Région Nouvelle-Aquitaine porte, parmi toutes les régions françaises nées de la récente réforme territoriale, l’espoir d’une authentique décentralisation du cinéma et de l’audiovisuel. Elle dispose de tous les atouts pour devenir l’espace de développement d’un écosystème global, diversifié et cohérent.

La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de prendre acte des politiques contractuelles menées précédemment et de faire du développement de l’audiovisuel, du cinéma et de l’image animée, un axe prioritaire de sa politique culturelle.

Elle poursuit en cela un triple objectif : culturel, économique et d’aménagement du territoire.

Dans ce contexte, la Région souhaite réaffirmer son soutien à la création contemporaine dans sa diversité et aux auteurs en favorisant en particulier l’émergence et l’accompagnement des nouveaux talents en Région. Elle souhaite également développer la filière image régionale dans une démarche structurante et professionnelle afin de contribuer aux meilleures conditions d’emplois qualifiés.

Pour cela, elle entend favoriser l’accueil des tournages en région et encourager l’implantation et le développement, sur son territoire, de structures de production œuvrant dans les champs de l’Animation, du Documentaire et de la Fiction avec une attention particulière portée aux coproductions internationales et à la francophonie.

A travers le soutien à la production cinématographique, audiovisuelle et multimédia, le développement des formations à l’image, l’aide aux différentes manifestations culturelles ainsi qu’aux entreprises régionales, la Région s’engage pour le développement et la structuration de la filière à travers :
- le soutien à la production audiovisuelle et cinématographique par l’intermédiaire du fond d’aide à la production en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de l’image animée et les Conseils départementaux ;
- la structuration et l’accompagnement des écoles de l’image : Ecole Européenne Supérieure de l’Image (EESI), Ecole Nationale du Jeu et des Médias Interactifs Numériques (ENJMIN), Créadoc... ;
- la participation au Syndicat Mixte du Pôle Image Magélis ;
- l’accompagnement de manifestations notables et reconnues : Festival International du Film de la Rochelle (85 000 entrées), le FIPA (Festival International de Programme Audiovisuel) de Biarritz (3000 accrédités professionnels du monde entier) le Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute (30 000 entrées), le Festival du Film Francophone d’Angoulême (35 000 entrées)...
- le développement de la compétitivité des entreprises spécialisées : investissement matériel, développement et recherche, recrutement et formation de salariés qualifiés ;
- le développement des salles d’art et d’essai et réseaux de diffusion...

Photo Festival du Film Francophone d’Angoulême



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.