LE JOURNAL :

- Consulter
- Abonnez-vous !



Accueil du site > News > Niort NUMERIC accuei...

Niort NUMERIC accueillera Richard Stallman le 19 mars

Niort NUMERIC a pour but, lors d’une journée événement, de faire connaître les formations et les métiers du numérique, à valoriser les savoir-faire des entreprises locales et régionales dans ce domaine, à sensibiliser les professionnels de tous secteurs aux usages et technologies numériques et plus globalement à mettre en valeur le potentiel d’attractivité du Niortais.

A l’initiative de cette manifestation : la Communauté d’Agglomération de Niort (CAN), en partenariat avec l’Université de Poitiers, le département STID de l’IUT (concepteur du site www.richard-est-a-niort.fr et initiateur du premier contact avec Richard Stallman, le Conseil Général des Deux-Sèvres, la ville de Niort, le SPN (réSeau des Professionnels du Numérique en Poitou- Charentes) et avec la participation du Comité de Bassin d’Emploi du Niortais (CBE).

Tout est parti du projet pédagogique du département Statistique et informatique décisionnelle (STID) de l’IUT, de faire venir l’Américain Richard Matthew Stallman, grand nom de l’informatique, père fondateur du logiciel libre, créateur de la « Free Software Foundation » (FSF).
Au sein du département STID, la venue de Richard Stallman crée une dynamique collective, dans laquelle les étudiants, toutes promotions confondues, associent leurs idées, leurs savoir- faire, leur énergie pour donner à l’évènement la place qu’il mérite. Dans le même esprit, l’association ETU’STID, se mobilise pour collecter de l’argent afin de faire un don à la FSF (Free Software Foundation).

Niort sera ainsi le seul point d’étape de Richard Stallman au cours de sa tournée européenne. Il se produira le 19 mars à 19h30 à l’Acclameur, lors d’une conférence en français ouverte à tout public, gratuite et accessible aux non initiés, intitulée « Vers une société numérique libre ».

L’inscription se fait sur le site : www.richard-est-a-niort.fr (Attention, nombre de places limité, déjà plus de 1300 inscriptions).

JPG - 22.2 ko
Richard Stallman by Anders Brenna

La conférence sera précédée de 13h30 à 19h d’un évènement dédié au numérique, faisant se rencontrer entreprises de l’informatique et du numérique, professionnels de tous secteurs, chercheurs d’emplois et étudiants.

La filière informatique et numérique, fortement représentée à Niort

« Niort NUMERIC » est né du constat qu’une part importante de l’activité du Niortais repose sur la filière informatique et numérique.
On compte sur l’agglomération de Niort :
- 116 sociétés de services et d’ingénierie en informatique (SSII)
- plus de 1500 salariés
- plus de 150 emplois créés d’ici à fin 2013 (étude réalisée par la CAN)

On compte en région Poitou-Charentes :
- plus de 1800 entreprises attachées à la filière numérique régionale
- près de 12.000 salariés (étude réalisée par le SPN).

Avec Niort NUMERIC, il s’agit pour la CAN et ses partenaires de permettre une utilisation croissante du numérique et de l’informatique dans les usages professionnels et de répondre aux problématiques d’emplois et de recrutement du bassin niortais et au-delà au niveau régional.
Niort ambitionne donc de se positionner parmi les acteurs nationaux importants et reconnus en matière de numérique. C’est aussi une occasion exceptionnelle pour créer un rendez-vous récurrent avec les professionnels du secteur, avec leurs donneurs d’ordre et avec les acteurs de la formation et les étudiants. 

Richard Stallman, le parrain de cette journée

Au programme :
- 13h30-17h30 : Forum des métiers du Numérique au Club de l’Acclameur
Ce Forum est l’opportunité, pour les entreprises numériques, de répondre à leurs problématiques de recrutement, de découvrir la diversité des formations dispensées sur le territoire régional et de susciter des vocations auprès des étudiants. Pour les étudiants et demandeurs d’emplois, il s’agit de trouver des stages/emplois et de mieux identifier les potentiels de carrières dans les entreprises régionales.

- 13h30-19h : Show-room technologique
Présentation et démonstrations des savoir-faire numériques locaux et régionaux. Les visiteurs pourront découvrir et tester des produits et technologies innovantes issues d’entreprises numériques régionales.

- 14h-18h : Ateliers Informatique et Numérique
Ces ateliers permettront aux professionnels, tous secteurs confondus, de mieux comprendre et utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour le développement de leur activité.

JPG - 26.3 ko

- 19h30-22h : Conférence exceptionnelle de Richard Stallman, père du logiciel libre !
Richard Stallman, en tournée européenne, fait une escale de trois jours à Niort. Le 19 mars, à 19h30, il animera une conférence gratuite en français, non technique, intitulée "Vers une société numérique libre".

Tout le programme : www.niort-numeric.fr

A propos de Richard Stallman
En 1976, Bill Gates écrivait : « Qui peut se permettre d’effectuer un travail personnel pour rien ? Quel amateur peut investir trois ans de sa vie à développer, trouver des bogues [NDLR : traduction de l’anglais “bug“] pour le distribuer gratuitement ? »
Le modèle économique du logiciel libre imaginé par Richard Stallman, basé sur le partage, l’échange et la solidarité est surprenant, mais force est de constater qu’il a marqué l’histoire du logiciel.

Richard Stallman ... un programmeur de génie !
L’activité de programmation de Stallman débute en 1975, lorsqu’à 22 ans il intègre à temps plein le laboratoire d’Intelligence Artificielle (AI Lab) du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Harvard.
Le AI Lab est alors une institution de renommée mondiale, où des chercheurs travaillent sur des projets d’avant-garde. Une culture de hacker y règne, qui ne fait pas l’unanimité. Certains vont jusqu’à parler « d’informaticiens clochards » qui n’existent que pour et par l’ordinateur. Stallman fait partie de ceux-là, pouvant vivre jour et nuit au AI Lab. Ses travaux officiels concernent la création de programmes d’intelligence artificielle. Sur son temps personnel, il choisit d’améliorer les logiciels du laboratoire et se concentre sur l’éditeur de textes Teco (Text Editor and Corrector), un outil permettant de rentrer des lignes de commandes. Grâce à Stallman et à quelques acolytes, Teco passe d’un éditeur rudimentaire à un éditeur puissant. Le projet est rebaptisé Emacs, Editing macros, et constitue une création absolument géniale. Tous les chercheurs qui ont collaboré à ce projet parlent au sujet de Stallman d’un homme capable de programmer pendant dix heures d’affilée avec un résultat optimisé et dénué de « bogues ».

Richard Stallman ... un ardent défenseur des libertés !
En 1983, dans un climat de propriétarisation du logiciel, Stallman lance un message qui fera date : « dans les prochains mois, je commencerai à écrire un système logiciel complet, compatible UNIX1, appelé GNU (GNU is Not Unix) et je le distribuerai librement à tous ceux qui souhaitent l’utiliser. Je fais appel à toute contribution en temps en argent, en matériel pour faire avancer le projet. »
Pour gérer les aspects logistiques et financiers du projet GNU, Richard Stallman fonde en 1985 la « Free Software Foundation » (FSF), association américaine à but non lucratif.
Au printemps 1985, Stallman finalise le premier résultat du projet GNU : une version d’Emacs tournant sur un Système UNIX. Pour la rendre disponible, conformément à ses engagements, il lui faut définir les modalités de distribution au travers de la licence GNU Emacs. C’est en 1989 que Stallman publie la licence publique générale de GNU : GNU GPL (General Public Licence).
Toute personne qui accepte les termes de la GPL et les conditions qu’elle impose a la permission de modifier l’œuvre, de l’étudier et de la redistribuer telle quelle ou sous la forme d’une œuvre dérivée. Cette personne peut aussi choisir de monnayer ses services ou au contraire de les fournir gratuitement. Ce dernier point distingue d’ailleurs la GPL des autres licences de logiciels libres, qui interdisent souvent la redistribution dans un but commercial. Stallman pense que le logiciel libre ne devrait pas intégrer de restriction sur l’utilisation commerciale, et la GPL indique explicitement qu’un travail placé sous GPL peut-être (re)vendu.
Pour faire opposition avec le Copyright, cette licence s’inscrit dans le concept de Copyleft (Gauche d’auteur - tous droits inversés). La licence de logiciel libre vient autoriser ce que le droit d’auteur entend d’habitude interdire. En 1990, la fondation Mac Arthur affirme le statut de génie de Stallman en lui accordant la bourse MacArthur, aussi appelée Bourse des génies : un revenu de 240 000 dollars sur cinq ans.  Richard Stallman ... un homme exigeant !
En 1996, alors que la micro-informatique se développe, un jeune étudiant d’Helsinki, Linus Torvalds, poste un message assez proche de celui envoyé par Richard Stallman 10 ans plus tôt. « Je suis en train de créer une distribution logicielle libre pour les PC. Il ajoute : ce n’est qu’un passe- temps, cela ne sera pas aussi grand et professionnel que le projet GNU ». Torvalds écrit le noyau de LINUX et reprend/adapte de nombreux composants du projet GNU. Torvalds publie sa distribution avec la licence GPL. Cette innovation, qui consiste à faire fonctionner un système UNIX sur un PC, connaît un succès fulgurant.
Stallman se révèle très agacé lorsque l’on parle de LINUX : il reprend systématiquement son interlocuteur afin qu’il dise GNU/Linux. Même intransigeance quand le terme Open-Source est prononcé. Parce qu’elle estimait mal choisie l’expression « Free Software », en raison de sa double signification en anglais (libre et gratuit), une universitaire américaine, Christine Peterson, propose l’expression Open source pour qualifier les logiciels libres. Stallman refuse ce changement d’appellation. Certes, Open source évite la confusion avec logiciel gratuit, mais il supprime par la même occasion le sens de « logiciel respectueux des libertés ».
Aujourd’hui, deux mouvements proches s’opposent farouchement : le mouvement open-source porté par Eric Raymond et l’OSI (Open Source Initiative) et le mouvement du logiciel libre porté par Stallman et la FSF. Les entreprises ont largement adopté le concept d’Open-Source. Pourtant, le succès de l’Open-Source n’a pas amoindri le rôle de leader de Stallman. Le mouvement du logiciel libre continue à prendre de l’ampleur.
Puisqu’un trait marquant de son caractère est son entêtement, Stallman peut, s’il le faut, attendre 10 ans pour que les gens se rallient à son point de vue. Aujourd’hui, il parcourt le monde pour faire la promotion du logiciel libre. En France, il explique le logiciel libre en trois mots qui nous sont familiers (...) :
- Liberté, parce que chaque utilisateur est libre de l’usage qu’il veut faire du programme.
- Egalité, parce que le logiciel libre ne confère à personne de pouvoir sur personne.
- Fraternité, parce que les utilisateurs peuvent s’entraider en partageant des copies et en développant en collaboration leurs versions.

Source : Richard Stallman et la révolution du logiciel libre – Une biographie autorisée - Editions Eyrolles

Conférence de Richard Stallman à Niort, l’Acclameur avenue de Limoges le 19 mars 2013 à partir de 19h30 : inscriptions : www.richard-est-a-niort.fr

Version imprimable de cet article Version imprimable

22.02.13
Partagez

Commentaires

Bonjour et bravo pour votre initiative, sa qualité et sa puissance. Je ferai tout mon possible pour être présent et pour la faire connaître. JLuc ingénieur, médiateur, membre de l’APRIL

http://www.april.org
posté par le 24.02.13


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha



Economie Poitou-Charentes : Le Petit économiste, une nouvelle façon de communiquer et de tisser des liens entre les acteurs économiques locaux. Le Petit économiste est un support indépendant de tout groupe de presse ou titre économique, et notamment n’a aucun lien avec "The economist".

© Copyright le Petit économiste - Toute reproduction, même partielle est interdite sans autorisation. - www.lepetiteconomiste.info



flux rss | facebook | Plan du site | Qui sommes nous | Contact | Mentions légales | Abonnement | Publicité | Internetdynamique